previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
Shadow
Slider

De la condition féminine aux droits de la personne

En 1992, la région St-Laurent et Siège social mettaient sur pied le premier comité de condition féminine au 1500. Les consœurs Diane Benoit et Marie Constantineau en étaient les responsables régionales de l’époque. La suite logique était d’élargir le mandat provincialement. La région St-Laurent apporta une résolution au congrès de cette même année et ce sont Mesdames Lise Hardy et Marie Constantineau qui furent nommées sur le comité; des pionnières syndicales au 1500! Ces militantes ont ouvert la voie. Elles sont, entre autres, à l’origine de notre énoncé de politique « Droit à l’égalité et à des comportements exempts de harcèlement ». Elles ont mené une lutte ardue et elles ont gagné une grande cause contre Hydro-Québec au niveau du harcèlement vécu par nos consœurs de métiers. Elles ont recruté des responsables de la condition féminine dans toutes les régions, elles ont travaillé à l’amélioration des conditions de travail des femmes du 1500 (maternité, congé parental, installations sanitaires et discrimination pour ne nommer que ceux-là).

Elles ont contribué au premier programme d’accès à l’égalité en donnant naissance à l’innovante formation pour prévenir le harcèlement sexuel en milieu de travail, en 1988, et le tout avec un minimum de moyens.

Les responsables au fils des ans

En 2000, au congrès de Baie-Comeau, fort de l’expertise développée jusqu’ici, le comité s’est modernisé en élargissant son mandat à tous les aspects touchant la Charte des droits et libertés de la personne. Nous nous sommes toutefois assurées de maintenir une représentation féminine au sein du comité sachant très bien que, malheureusement, la porte d’entrée dans le monde syndical, pour les femmes, demeure cette voie. De plus, au congrès de 2012 à Trois-Rivières, les délégations régionales réunies ont réaffirmé l’engagement clair quant à la volonté de faire une réelle place aux consœurs de nos structures. Depuis, d’autres dossiers furent pris en charge.

En voici quelques exemples:
  • Le suivi de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi;
  • Les nouvelles dispositions de la Loi sur les normes du travail concernant le harcèlement psychologique en milieu de travail;
  • Le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP);
  • La conciliation travail-famille.

Nous ne pouvons citer toutes celles et ceux qui se sont impliqués, qui ont prêté main-forte et qui ont aidé à obtenir ces avancées. Nous tenons tout de même à souligner leur support apporté au fil des années.

CÉLINE, LE 1500 SE SOUVIENT!

Nous ne pouvons passer sous silence le décès en janvier 2008 de notre consœur Céline dans l’exercice de ses fonctions syndicales. Cette femme investie, militante remarquable et reconnue pour sa probité était une grande source d’inspiration. Une bourse ainsi qu’une salle furent nommées en sa mémoire.