05
13
17
19
21
73321720_3025255360823987_2579158548789329920_o
10
14
IMG_7628
18
20
IMG_8906
24
30
31
26055642_2207274232623445_242061719441910601_n
IMG_8712
previous arrow
next arrow
Exit full screenEnter Full screen
Shadow

Obligation d’accommodement suite à un accident du travail

Une décision rendue en février 2018 par la Cour suprême du Canada, faisant suite à une décision de la Cour d’appel du Québec, est venue étendre la notion d’accommodement à l’employeur en regard d’un accident du travail. En effet, la Cour d’appel du Québec a établi que le handicap peut découler également d’un accident du travail et à cet égard, la notion d’accommodement s’applique.

« Il n’existe aucune raison de priver quelqu’un qui devient invalide par suite d’un accident du travail des principes applicables à toutes les personnes invalides, notamment du droit à des mesures d’accommodement raisonnable.»

Cour suprême du Canada
2018 CSC 3

Dans la mesure où un salarié conserverait des limitations fonctionnelles (handicap), un dossier de réadaptation est mis en place par la CNESST afin de déterminer si le salarié peut reprendre son emploi prélésionnel. Dans le cas contraire, l’employeur doit mettre en place des mesures d’accommodement pour favoriser le maintien du lien d’emploi en lui accordant la possibilité d’occuper un autre poste équivalent et/ou jugé convenable. De plus, la CNESST doit s’assurer que l’employeur met en place ces mesures.