previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
Shadow
Slider

Le droit à l’énergie: un droit fondamental

À Montréal, du 9 au 14 août, aura lieu le Forum Social Mondial2016 (FSM). Dans le cadre de ce grand événement mondial, notre président provincial, Richard Perreault, y animera un atelier en tant que président de l’ONG Droit à l’énergie – SOS FUTUR en compagnie de membres du bureau de direction de Droit à l’énergie de France, du Maroc, d’Algérie, du Niger, du Brésil et du Mexique. Cette activité se tiendra le 10 août de 9 h à 11 h 30 au Pavillon Leacook de l’Université McGill (local 210 – 855, rue Sherbrooke Ouest, Montréal).

Les défis mondiaux de l’énergie sont bien connus: faire face à une croissance de la demande en énergie primaire qui devrait doubler d’ici 2050, répondre aux besoins des 1,4 milliard de personnes actuellement sans accès à l’électricité et à ceux des 2,8 milliards sans mode de cuisson propre, investir pour moderniser des infrastructures énergétiques vieillissantes tout en réduisant les impacts environnementaux de la production et de l’utilisation de l’énergie. Droit à l’énergie propose des moyens d’actions pour faire face à ces enjeux.

Qu’est-ce que Droit à l’énergie ?

Fondée en 2000, Droit à l’énergie est une organisation non gouvernementale (ONG) internationale basée en France. L’association a pour objet la défense et la promotion, au plan de chaque État, peuple ou nation, comme au plan régional et mondial, du droit à l’énergie pour tous, en tant que droit fondamental de l’homme, dans les conditions d’égalité et de solidarité conformes aux textes internationaux en matière de droits de l’homme et de droits des peuples, et de la communauté internationale sur les ressources naturelles.

Qu’est-ce que le Forum social mondial ?

Le Forum social mondial (FSM) est le plus grand rassemblement de la société civile visant à trouver des solutions aux problèmes de notre temps en construisant des alternatives concrètes au modèle économique néolibéral et aux politiques d’exploitation des êtres humains et de la nature. Cela sur les bases de justice sociale et environnementale, d’économie sociale et solidaire, de démocratie participative et de la reconnaissance de l’égale dignité de tous.