previous arrow
next arrow
Full screenExit full screen
Shadow
Slider

Dans les rues de Québec pour dénoncer des négociations qui piétinent

Ce mardi à Québec, les travailleuses et travailleurs du secteur public, représentés par la FTQ et ses syndicats affiliés (SCFP-Québec, SQEES-298, SEPB-Québec, UES 800) de plusieurs régions de la province, ont défilé en convoi devant l’Assemblée nationale afin de rappeler au gouvernement de la CAQ qu’au 31 mars, il y aura un an que les conventions collectives de travail seront échues.

Pour souligner les négo qui piétinent, le 1500 a répondu présent sur la colline parlementaire à la manifestation!


« Il est important de soutenir le secteur public. L’éducation et le secteur de la santé ont besoin de nous.  Un an de stagnation, sans avancement à la table de négo et sans contrats de travail, c’est assez! La FTQ et ses affiliés se sont réunis pour passer un message clair au gouvernement Legault » .

Stéphane Michaud, président du SCFP-1500


« Les travailleuses et travailleurs sont  irrités par ce manque de reconnaissance du gouvernement. Ça traîne, il est temps que ça bouge. Il faut investir, entre autres, dans l’amélioration des conditions d’exercice d’emplois, favoriser l’attraction et la rétention du personnel et bonifier les salaires » .

Daniel Boyer, président de la FTQ.


Les femmes et les hommes qui soignent, éduquent et prennent soin de notre population méritent plus de respect!

Moyenne salariale des employés du secteur public (FTQ): 39 818.76 $;
Moyenne salariale des employés occasionnels et temporaires (FTQ) du secteur public (autres que réguliers): 28 184.06 $;
Retard salarial du secteur public (FTQ): 9,2 %;
Pourcentage de femmes représentées (FTQ): 73,8 %;
Pourcentage de travailleurs et travailleuses qui n’ont pas de permanence ou de poste à temps complet (FTQ): 42,3 %.

Plus d’informations sur les négociations dans le secteur public

* À noter que les syndicats impliqués dans cette activité assureront la compensation carbone des déplacements du convoi. Quant aux souliers empilés devant l’Assemblée nationale, ils seront remis par la suite à un organisme de charité afin d’être réutilisés.